Relais du Vert Bois – Gite Normandie pour 8 personnes

L'AMIE DES JARDINS : L'OSMIE CORNUE


L’Osmie Cornue est rattachée à la famille des Apidae, c’est-à-dire des “abeilles”, au sens large du terme.
Son corps poilu la fait souvent confondre avec son cousin le bourdon, mais son corps est malgré tout plus “menu”… La tête et le thorax de l’insecte sont noirs et l’abdomen est entièrement roux. Elle doit son nom aux deux petites cornes qu’elle porte sur la tête. On distingue les mâles de cette espèce par les touffes de soie blanche en lieu et place des cornes de la femelle.
La faune française comporte des dizaines d’espèces d’Osmies, mais l’Osmie dite “Cornue” est l’une des trois espèces les plus fréquentes dans nos jardins. Ces abeilles sauvages, dites “solitaires” par opposition aux “coloniales” squattent souvent les trous d’évacuation d’eau présents dans le bas des fenêtres de nos habitations.
En règle générale, la femelle construit ses “cellules” dans les galeries du bois mort ou des tiges creuses mais ces ressources sont devenues plutôt rares dans des jardins devenus de plus en plus “proprets”  et finalement trop bien “rangés”… Alors, les petites osmies squattent ce fameux trou d’évacuation d’eau de fenêtre, dont le diamètre leur conviennent parfaitement.
Butinant inlassablement durant 4 à 6 semaines, elles accumulent des pains de pâtée de pollen sur lesquelles elles pondent un oeuf avant de fermer chaque cellule. La “galerie” étant finalement bouchée avec de le terre.
Comme souvent chez les abeilles solitaires, la fidélité au lieu de naissance est importante, et si vos trous de fenêtres sont une fois occupés, ils risquent fort de l’être encore les années suivantes. Pour autant il vous faudra beaucoup chance (ou de patience !) pour apercevoir l’osmie, car elle n’est pas du genre à flaner chemin faisant, ni à se complaire sur son pas-de-porte.
Totalement dénuées d’agressivité, les Osmies Cornues ont un rôle essentiel au jardin dans la pollinisation des arbres fruitiers, n’hésitant pas à sortir les jours faiblement pluvieux du printemps contrairement à l’abeille domestique qui préférera restée à la ruche.
Des abris artificiels peuvent facilement être conçus pour accueillir leurs pontes. Quelques trous de diamètre 8 à 10 assez profonds dans un morceau de bois ou une bûche bois suffisent (ne jamais traverser le bois de part en part). Vous pouvez aussi confectionner une botte de tiges creuses toujours obturées à une extrémité  (le bambou fera très bien l’affaire). Des nids spécifiques sont aussi disponibles ici et encore….
Vous fixerez votre nichoir contre un mur de clôture voire d’abris de jardin, de préférence à hauteur des yeux et si possible en choisissant une orientation “Est” ou “Sud-Est”. Si vous disposez d’un verger, comme c’est le cas au Relais du Vert Bois, c’est bien sûr l’endroit idéal !

Comments are closed.